Certains d'entre-nous font des choix cohérents.

10 mars 2017 par Michel Augendre

Certains parents choisissent des écoles qui assument UNE posture et une seule.

Version Rousseau prima de l'individu. Ecole dynamique, ou libertaire, ou alternative qui ne vise QUE le développement de l'individu pour lui-même. Pas de classes, mélange des âges, programmes libres, pas de note ni de compétition, une véritable liberté encadrée par des règles de respect des autres. Chacun est le moteur de ses apprentissages. Souvent ces écoles sont chères et elles écartent de fait des familles désargentées ou de conditions sociales modeste. Les meilleures d'entre-elles réussissent très bien et le destin de ces enfants n'est pas pire. 

Version Durkheim prima de la société. Ecoles parfois confesionnelles, strictes, programmes serrés, devoirs et discipline, parfois internat, matières, étude, travail. Souvent ces écoles sont chères et elles écartent de fait des familles désargentées ou de conditions sociales modeste. Les meilleures d'entre-elles réussissent très bien et le bonheur/malheur individuel de ces enfants n'est pas pire.

Version école folle. Mais nous, électeurs de présidents et de gouvernements, ne voulant pas choisir, faisons de l'éducation nationale, un système qui doit réussir une chose et son contraire gratuitement. Le destin et le bonheur /malheur de nos enfants dans ce système va du meilleur au pire.

Sommes-nous bien raisonnables ?